Le clan Le Seigneur des Anneaux

Nous sommes les SDA, nous sommes sur TW. C'est l'esprit d'équipe qui nous rend plus forts que les autres.
 
AccueilPortailMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'armure: evolution à travers le moyen age

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Virtualwarrior10
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + MEDAILLE DE LA FIDELITE + Ambassadeur des SDA
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + MEDAILLE DE LA FIDELITE +  Ambassadeur des SDA
avatar

Messages : 9685
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 52
Localisation : France

MessageSujet: L'armure: evolution à travers le moyen age   Mar 29 Mar - 0:13

Je poursuis quelques articles sur le moyen âge, période tout à fait passionnante, pour vous présenter un panorama d’un équipement militaire qui en est le signe par excellence, je veux parler de l’armure.

Le terme « Armure » est arrivé tardivement, aux environs du XVIIIe siècle, au moyen âge on parlait de « harnois » et à la fin de la période de « harnois blanc » en référence à l’acier poli dont étaient faites les armures complètes de la fin de période.

Assez classiquement le terme armure est associé à l’amure complète et au moyen âge, alors que finalement sur le millénaire qu’a duré à peu prés cette période, ce type d’équipement n’est arrivé que très tardivement et n’a occupé les champs de bataille que quelques dizaines d’années, soit très peu finalement.

Il convient de se sortir de l’idée une image souvent répandue au XIXe siècle selon laquelle l’armure serait d’un poids inconsidéré et immobiliserait à terre le soldat tombé à terre qui en serait revêtu. Le poids d’une armure a rarement dépassé les 25 à 30 kg soit du même ordre de grandeur que ce que transporte sur lui avec tout son équipement un soldat actuel. Nos anciens n’étaient pas fol à ce point d’imaginer porter au combat un instrument qui pourrait ainsi devenir leur cercueil.

Ainsi donc, l’image communément répandue du chevalier immobilisé au sol ou pour lequel il fallait un palan pour le monter sur son destrier est pure imagination. Bien au contraire, l’armure permettait de faire plein de mouvement et pouvait monter seul à cheval ou juste avec un petite aide de son écuyer. Ce qui pouvait sans aucun doute gêner le chevalier tombé, c’était plutôt les blessures, le sol boueux ou l’enchevêtrement des corps, des chevaux à terre

Seules les armures de joutes, utilisées dans des conditions tres particulières, pouvaient atteindre des poids beaucoup plus importants typiquement 60 kg jusqu’à 80/90. Mais ans ce cas la chute et l’impossibilité de se relever étaient sans conséquence vitale.


Je parlerai ici de l’évolution de l’armure de combat et je parlerai dans un autres post des armures de joutes ainsi que du combat en armure.


Introduction

L’aventure commence après la chute de l’empire romain laissant derrière lui un délabrement en particulier des techniques militaires. L’insécurité des voies de communication renforce le fonctionnement en autonome des cellules locales.
Faute d’échanges, les technologies se perdent dans les régions sans ressources adaptées et le fer devient un produit rare et cher, source de conflits.



Jusqu’au XI° siècle

C’est la broigne qui constitue le vêtement de protection militaire le plus ancien et le plus couru. On en trouve trace sous Charlemagne.

C’est grosso modo une protection qui se limite au torse sous forme d’un support en tissu ou en cuir sur lequel sont fixés des mailles en fer de forme ronde ou carré et pourvues parfois d’une pointe. Dans les formes les plus avancées les mailles sont imbriquées pour éviter que les rivets de fixation soient exposés aux coups.




Ce vêtement facile a réalisé restera en usage jusqu’au XIV° siècle.

Vers le IX° siècle, elle s’allonge pour protéger les cuisses et on commence à voir apparaitre une coiffe pour protéger la tête.
On voit chez les plus riches une cuirasse de fer pour protéger le thorax

Les boucliers sont plutôt de forme allongée en amende







A partir du XII° siècle jusqu’à milieu du XIII° siècle

A force de s’agrandir pour couvrir des parties toujours plus importantes du corps, la broigne était devenu un vêtement lourd.
A partir du XII° siècle, elle laisse peu à peu la place à la traditionnelle cote de maille appelé aussi « haubert ». Il reste d’abord réservé à une élite, composée essentiellement de chevaliers. Elle pese entre 10 à 25 kg selon le type de tressage utilisé à 4 ou 6 mailles et représentait entre 30 000 et 60 000 anneaux !

 



La cote de maille se porte au dessus d’un vêtement rembourré en cuir matelassé qui amortit les coups et les frottements. On appelle cela un gambinson (une cotte de tissus ou de cuir rembourrée de crin de cheval, de bourre ou constitué d’un empilement de couches de lin). La résistance du gambinson à la pénétration est impressionnante même de nos jours. Il fonctionne véritablement comme un gilet pare balle : chaque couche de tissu ralenti l’impact et diffuse les efforts. Une flèche à pointe classique est incapable de le pénétrer, ce qui conduisit d’ailleurs à la créations de pointes « anti blindages » très fines, longues et pointues conçues pour écarter les tissus sans perdre de l’énergie à les déchirer

Par-dessus, se prote une « cote d’arme » qui est vetement en étoffe qui assure aussi la protection contre le soleil (nous sommes aussi au temps des premières croisades).

Une armure en cote de maille est chère et difficile à entretenir. Il faut en général la rouler dans le sable plusieurs fois par semaine pour éviter la rouille. La cote de maille a un intérêt majeur c’est qu’elle est plutôt facile à) produire par un forgeron qui sait tréfiler, même si il faut le faire à diamètre constant et ensuite savoir souder les anneaux. On imagine donc bien que avant que l’on mette au point des tréfilerie en tant soit peu mécanique, il était particulièrement ardu e produire une armure en cote de maille qui restait un objet rare.


La cote de maille protège tres bien des coups de tailles (fait avec le coté d’une épée) mais beaucoup moins bien des coups d’estoc (portés avec la pointe). Globalement elle ne protege pas mieux que la broigne, voire parfois moins, mais elle est plus aéré et donc fatigue moins le combattant.

Les jambes sont couvertes de chausses en maille Une ceinture en cuir permet de porter l’épée. Cette dernière est portée relativement de travers (pour éviter qu’elle se prenne dans les jambes). Les mains sont couvertes de mitaines (moufles à un doigt articulé) couvertes de mailles.


Le casque se modernise aussi, il s’alourdit pour protéger toute la tête et devenir ce qu’on appelle de façon générique le heaume. Dans un premier temps il s complète d’une visière amovible avant de devenir un casque complet




C’est à cette époque de prend naissance l’héraldique qui va permettre de repérer les différentes troupes sur les champs de bataille. Les blasons et insignes seront portés sur les cotes d’arme qui deviendront des véritables œuvres d’art et d’orfèvrerie et sur les boucliers.

Le bouclier, appelé écu est de forme oblongue et propre à chaque cavalier. Il mesure entre 1,5 et 1,7 m et protège tout le flanc gauche qui est le plus vulnérable (en général on se bat coté droit avec lequel on tient l’épée). Diriger un cheval d’une main en ayant un coté entravé et l’autre occupé avec l’épée est chose de moins aisées. Il va sans dire que utilisé à pie il est encombrant et peu pratique même si il continue à bien protéger.
Cet écu a beaucoup servi durant les croisades face à un adversaire qui combat beaucoup avec des archers montés
Ces boucliers sont fait d’une structure en bois, souvent de forme incurvé pour dévier les projectiles et les coups, renforcé de métal et recouvert de cuir

La lance est l’arme du cavalier par excellence. Elle mesure moins de 3 m et comme elle est faite souvent en frêne, elle ne pèse « que »  environ 3 à 5 kg. Bien sur la pointe est en acier.
A cette époque on n’est pas encore à ‘usage de la lance en charge sinon avec des cotes de mailles, la lance non tenue, sous le choc le cavalier aurait l’épaule démontée. On pense que la lance était utilisée comme une sorte de sagaie (cf la tapisserie de Bayeux)

Au milieu du XII° siècle, la demande en cote de maille explose et les forgerons incapable de fournir sont poussées à des évolutions technologiques qui leur permettent de monter la température de travail et de faire de la tréfilerie « mécanique » en utilisant la force motrice des moulins.





A partir du milieu du XIII° siècle

On voit apparaitre les premières ailettes, ce sont des pièces en métal protégeant les épaules et les clavicules des coups directs.

Le heaume se « modernise » et deviens conique puis de forme plus arrondie, déviant ainsi beaucoup mieux les coups.




On commence aussi à voir quelques plates qui ne sont à ce stade que des renforts en cuir bouilli ou en métal. On les trouve d’abord sur les membres puis sur le thorax. Elles sont fixées sur la cote de maille.

Avec le renfort de ces protections le bouclier devient plus petit et prend le nom d’ecu




Les progrès techniques pour la purification du fer se poursuivent, les températures de travail augmentent (jusqu’à 1600°C) mais il y a encore pas mal de difficultés à produire en quantité un fer de qualité correcte. Il y a encore beaucoup de scories et les coulées de métal ont impures  rendant le métal modérément résistant.




A partir du XIV° siècle

Les modernisations s’accélèrent

On voit apparaitre des défenses entièrement en métal pour les épaules et les bras en remplacement des ailettes. Ceci permet de lutter contre l’effet contondant des lourdes armes : la première couche de tissus amortie légèrement le coup, tout en protégeant les plaques contre les éléments (et le chevalier de la chaleur), la plaque dévie le coup, la couche intérieure permet d’absorber le choc.




Puis ces protections se retrouvent sur le thorax et on voit apparaitre la brigandine

Pour la protection de la tête on voit petit à petit le heaume se transformer et puis être remplacé par le bacinet.




La qualité des métaux est bien meilleure, la production explose alors qu’en même temps les premiers canons font leur apparition.




A partir du XIV° siècle

On commence à voir des protections de poitrine en métal faites d’un seul tenant et avec des chaines pour y suspendre les équipements : dague, épée, écu, et le casque

A cette époque, les membres sont généralement protégés par des « tubes » en métal



Le bacinet se généralise


La lance, qui est devenue de plus en plus longue et lourde est presque inutilisable en l’état : le bras ne peut la porter longtemps. Apparait alors l’arrêt de lance, une pièce fixée sur la cuirasse sur laquelle peut reposer la lance pendant l’attaque, renforçant ainsi son effet.  Le bras ne sert plus qu’à donner une direction, sans supporter le poids. La lance redevient alors une arme puissante car plus longue et plus lourde. Le chevalier doit par contre faire attention à ne pas s’empêtrer.





A la fin du XIV° siècle

On voit apparaitre les premier harnois blanc complet (armure en métal poli recouvrant entièrement el chevalier)

L’écu se réduit encore devant les progrès apportés par les harnois complets. Petit)à petit il se transforme en targe : un petit bouclier a nervure centrale attaché au bras gauche du combattant pour améliorer sa défense sur son flanc le plus vulnérable




Les solerets qui protègent le pied se dotent d’une pointe qui commence à beaucoup s’allonger.



On voit aussi apparaitre les tassettes : pièces métalliques articulées, fixées en bas de la cuirasse et qui protègent les cuisses et l’aine






Première moitié  du XV° siècle

On voit apparaitre les rondelles qui protègent les aisselles

La matière utilisée pour confectionner les armures se modernise, on voit apparaitre l’acier qui apporte une protection et une efficacité bien plus importante

Les première cannelures apparaissent, principalement sur les protections des articulations qui commencent à s’agrandir. Les cannelures ont pour objectif d’améliorer la résistance des armures

Le soleret qui protège le pied se voit doté d’une pointe (c’est aussi une arme) qui commence à s’allonger.



Le bassinet continue à évoluer, on va voir de façon transitoire le bassinet bicoque qui prend une forme plus proche de l’anatomie de la tête et du cou et qui s’ouvre en deux pour pouvoir être enfilé. Ce ne sera qu’une étape vers l’armet




Avec le développement de l’armure, l’écu n’est plus utile et est abandonnée par les chevaliers






Deuxième moitié du XV° siècle

L’armure dans sa forme de harnois blanc atteint son apogée. Certaines villes ont une très haute réputation quant à leur armurier (on cite souvent Milan)
C’est aussi à cette époque que les premières armes à feu réellement utilisables et efficaces commencent à apparaitre.
Le combat de l’arme et de l’armure va prendre toute son ampleur sur cette période, les armuriers cherchant par tous les de perfectionner les armures pour les rendre plus robustes.


On voit apparaitre pour protéger l’aine des  tassettes courtes en lamelles assemblées. Les protections des bras et en particulier les coudières ont des tailles de plus en plus importantes voire même démesurées. On trouve ces excroissances excentriques surtout en  Angleterre.




Les armures dites Maximilienne et milanaise en sont l’illustration parfaite



C’est aussi à cette époque que les cannelures se généralisent, car elles apportent une robustesse importante aux armures face aux armes à feu qui se développent. Ce sera une spécialité des armuriers allemands. On trouvera ces armures sous le qualificatif d’armure gothique




Le bassinet se transforme pour devenir l’armet, beaucoup plus enveloppant et protecteur





Au début du XVI° siècle

L’armure atteint sa perfection.




On va voir apparaitre des armures de protection totale. Traditionnellement, sur les armures, les articulations sont protégées par une cote de maille et donc moins efficaces qu’une plate. Cela se trouve principalement sous les aisselles, à l’aine et derrière les genoux. Les fantassins savent que c’est là en particulier que se trouve le point de faiblesse des armures qu’il faut essayer d’atteindre en particulier avec les armes d’hast. D’ailleurs on appelle cela la saignée… tout un programme. A cette époque sur les armures de protection totale, même les articulations sont protégées par des lamelles articulées.




Quelques évolutions vont encore avoir lieu, principalement la disparition des cannelures et l’apparition des cuirasses à plastron avec bréchet  ou poitrine d’oie qui permet de mieux dévier les projectiles qui frappent l’armure.



Mais les armes à feux continuent elles aussi leu progrès fulgurants et l’armure ne peut plus résister au risque de s’alourdir considérablement. Il faudra une bonne cinquantaine d’année pour que son usage de modifie et se limite à protéger les parties les plus essentielles comme la cuirasse et le casque.

Cela restera plus ou moins en vigueur dans de nombreuses armées au sein d’unités de cavalerie lourde jusqu’à la première guerre mondiale




En conclusion, une fresque rapide


_________________
Le mauvais SDA, ne faites pas comme moi, voyez le sacré règlement sur quoi faire pour etre un vrai SDA


- Recrue => 21/11/2015
- Lieutenant => 04/12/2015
- Premier-lieutenant => 16/12/2015
- Lieutenant => 18/12/2015
- Premier-lieutenant => 26/12/2015
- Capitaine => 14/01/2016
- Capitaine-commandant => 27/01/2016

- Colonel => 09/02/2016
- Général de brigade => 11/03/2016
- Général de division => 22/04/2016
- Général => 24/06/2016

- Maréchal => 14/03/2017
- Brigadier => 14/04/2017
Revenir en haut Aller en bas
squeletord
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + 2E DU CLAN SUR R2TW
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + 2E DU CLAN SUR R2TW
avatar

Messages : 3342
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 17
Localisation : france picardie

MessageSujet: Re: L'armure: evolution à travers le moyen age   Mar 29 Mar - 8:46

Super dommage que la je n'est pas le temps de tout lire mais des que j'aurai un peu de temps Wink ! C'est bien que tu est mis autant d'image on peut clairement mieux identifier l'armure a sont epoque grace a ca Smile

_________________
le seigneur des ténèbres est présent !



- Colonel => 19/02/2016
- Brigadier => 15/04/2016
- Lieutenant-général => 13/05/2016

- DEMISSION => 18/05/2016
Résultat de tournois a mon actif :
Roma Event 1 vs 1 2016 : 1er/16
Tournois Printemps Francophone R2TW TWS 2016 : 12e/24
Revenir en haut Aller en bas
Virtualwarrior10
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + MEDAILLE DE LA FIDELITE + Ambassadeur des SDA
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + MEDAILLE DE LA FIDELITE +  Ambassadeur des SDA
avatar

Messages : 9685
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 52
Localisation : France

MessageSujet: Re: L'armure: evolution à travers le moyen age   Mar 29 Mar - 19:48

tu liras quand tu pourras...

Je ferai une interro Smile

_________________
Le mauvais SDA, ne faites pas comme moi, voyez le sacré règlement sur quoi faire pour etre un vrai SDA


- Recrue => 21/11/2015
- Lieutenant => 04/12/2015
- Premier-lieutenant => 16/12/2015
- Lieutenant => 18/12/2015
- Premier-lieutenant => 26/12/2015
- Capitaine => 14/01/2016
- Capitaine-commandant => 27/01/2016

- Colonel => 09/02/2016
- Général de brigade => 11/03/2016
- Général de division => 22/04/2016
- Général => 24/06/2016

- Maréchal => 14/03/2017
- Brigadier => 14/04/2017
Revenir en haut Aller en bas
Stevius
3EME MEILLEUR JOUEUR DU CLAN SUR TATW
3EME MEILLEUR JOUEUR DU CLAN SUR TATW
avatar

Messages : 544
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 33
Localisation : France Nord

MessageSujet: Re: L'armure: evolution à travers le moyen age   Mar 29 Mar - 23:10

Très beau panorama Virtual! Etant moi d'une compagnie de reconstitue XVe siècle (nous reconstituons une ordonnance = une unité de l'armée) je dois souvent répéter au touriste que l'armure complète n'arrive qu'à la fin du moyen-âge et que non elle n'est pas lourde car le poids est réparti sur tout le corps. Pour le leur prouver je fais quelque pirouette devant eux.

Je suis au milieu
" />

_________________
"Un connard n'a jamais gagné une guerre en mourant pour son pays, il gagne en guerre en faisant ce qu'il faut pour que les pauvres connards d'en face meurent pour leur pays" (Patton, 1943).

Parcours chez les sda:
- Recrue => 10/12/2015
- Soldat => 16/01/2016
- Soldat 2eme classe => 22/01/2016
- Soldat 1ère classe => 12/02/2016
- Appointé => 01/03/2016
- Appointé-chef => 08/04/2016
- Caporal-chef => 15/04/2016
- Premier Caporal-Chef => 06/05/2016
- Caporal-major => 26/05/2016

- Sergent => 23/07/2016
- Sergent-chef => 31/07/2016
- Premier sergent-chef => 09/10/2016
- Sergent-major => 22/10/2016

- EXCLUSION = 18/11/2016

Résultat de tournois a mon actif :
Tournois Printemps Francophone R2TW TWS 2016 : 9e/24
Revenir en haut Aller en bas
squeletord
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + 2E DU CLAN SUR R2TW
MEDAILLE DE LA PARTICIPATION + 2E DU CLAN SUR R2TW
avatar

Messages : 3342
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 17
Localisation : france picardie

MessageSujet: Re: L'armure: evolution à travers le moyen age   Mer 30 Mar - 8:23

Magnifique ahah Smile

_________________
le seigneur des ténèbres est présent !



- Colonel => 19/02/2016
- Brigadier => 15/04/2016
- Lieutenant-général => 13/05/2016

- DEMISSION => 18/05/2016
Résultat de tournois a mon actif :
Roma Event 1 vs 1 2016 : 1er/16
Tournois Printemps Francophone R2TW TWS 2016 : 12e/24
Revenir en haut Aller en bas
shadow2000
3EME MEILLEUR JOUEUR DU CLAN SUR R2TW + MEILLEUR JOUEUR DU CLAN SUR TATW + PARTICIPATION
3EME MEILLEUR JOUEUR DU CLAN SUR R2TW + MEILLEUR JOUEUR DU CLAN SUR TATW + PARTICIPATION
avatar

Messages : 4926
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 17
Localisation : Gardois ;)

MessageSujet: Re: L'armure: evolution à travers le moyen age   Mer 30 Mar - 8:47

Merci virtual, très beau stevius ^^

_________________
Si j'avance suivez moi, si je meurs vengez moi, si je recule tuez moi !
Fan de jeu de stratégie à plein temps ! Very Happy


- Commandant => 24/06/2016
- Divisionnaire => 31/07/2016

- Brigadier => 01/08/2016
- Lieutenant-général => 26/08/2016
- Général de brigade => 09/10/2016
- Général de division => 16/10/2016

- DEMISSION => 18/10/2016
Résultat de tournois a mon actif :
Tournois Printemps Francophone R2TW TWS 2016 : 4e/24
- tournois Fortes Fortuna Adiuvat NC 2016: 3e/21
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'armure: evolution à travers le moyen age   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'armure: evolution à travers le moyen age
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'armure: evolution à travers le moyen age
» evolution de l'armure carnage
» [GEN] L'Armure Energétique à travers les âges.
» meilleur armure a chaque niveau
» [résolu]Armure pour GL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clan Le Seigneur des Anneaux :: Epoque Médievale-
Sauter vers: